Vous êtes ici Visiteur/Patient - Qui est qui ? - Départements médicaux

Gynécologie


 


 

 
 



 



 

 

 

1. PRESENTATION

Le service de gynécologie du CHU UCL Namur -  site Godinne prend en charge les pathologies gynécologiques générales et est spécialisé dans la prise en charge multidisciplinaire de l’infertilité et des pathologies oncologiques (pelvienne et mammaire). Deux axes principaux sont développés : la chirurgie gynécologique et la Procréation Médicalement Assistée (PMA).

La chirurgie gynécologique pelvienne est réalisée par endoscopie (chirurgie laparoscopique) et ce, dans près de 95% des cas. Elle permet de diminuer considérablement l’inconfort et les douleurs liées à une chirurgie par laparotomie. Les cicatrices opératoires sont de petite taille (5 à 10 mm). Cet abord mini-invasif permet de retrouver une activité normale plus rapidement. Toute la pathologie gynécologique bénigne peut être traitée par cette voie d’abord, de même que les cancers pelviens à un stade débutant.   

La chirurgie oncologique mammaire est un autre point d’intérêt car la néoplasie mammaire touche près d’une femme sur dix. Afin de réaliser une prise en charge globale et adéquate, une collaboration étroite avec les oncologues, les radiologues, les radiothérapeutes et les anatomopathologistes a été mise en place (Clinique du sein).

La PMA traite l’infertilité chez les couples ayant des difficultés à concevoir un enfant. L’infertilité touche de plus en plus de couples à travers le monde. Au sein de notre service, plus de 150 ponctions ovocytaires et plus de 100 inséminations intra-utérines sont réalisées chaque année.

Le désir d’avoir un enfant fait partie intégrante d’un projet de couple, raison pour laquelle la prise en charge se fait de manière globale aussi bien pour l’homme que pour la femme. Tous les patients bénéficient, également, d’un accompagnement psychologique.

Une prise en charge est également proposée aux patients, homme ou femme, souffrant d’un cancer qu’elle que soit l’origine de celui-ci. En effet, de nombreux traitements (chimiothérapie ou radiothérapie), nécessaires à la guérison du cancer, peuvent altérer voire détruire les cellules de la reproduction. Il est donc possible de pouvoir préserver la fertilité avant ce type de traitement.