Les secteurs d'activité du volontariat

La bibliothèque
La bibliothèque et son espace-lecture constituent l’activité la plus ancienne du volontariat. Elle est apparue en 1977 avec pour objectif de proposer de la lecture aux malades, à leurs proches, mais aussi aux membres du personnel.

Ce secteur du volontariat présente plusieurs spécificités comme la bibliothèque elle-même (avec espace-lecture) où des volontaires s’occupent de la permanence, accueillent, écoutent et conseillent ; la gestion du stock des livres, leur classement, les commandes des nouveautés etc. ; les  « tournées en chambre » durant lesquelles les volontaires proposent un échantillonnage de livres au patient ou répondent à une demande plus spécifique; le tour des salles d’attente pour y renouveler le stock de revues, éliminer celles qui sont abîmées ainsi que les éventuels tracts et autres documents indésirables qui pourraient y avoir été déposés.




Les accompagnateurs-chauffeurs
Ce volontariat existe depuis 1978 et mobilise aujourd’hui près de 90 volontaires répartis entre la permanence téléphonique/programmation des trajets, les conducteurs d’un véhicule Skoda Roomster généreusement offert par le garage Mazuin de Naninne et un « réseau » de chauffeurs appelés en renfort lorsque le besoin se fait sentir.

Lorsqu’une personne doit se rendre à sur les sites de Dinant et/ou Godinne, et ne dispose pas de ressources personnelles, le service social du CHU, après avoir exploré toutes les autres pistes, peut alors demander que ce service prenne en charge la personne et l’accompagne vers sa destination. Plus qu’un simple « transport », il s’agit donc bien d’un accompagnement avec tout ce qu’il suppose d’humanité et de disponibilité…




La Maison d'Accueil Hospitalier « Pierre Jansen »
La Maison d’Accueil Hospitalier « Pierre Jansen » a été inaugurée en 1982 pour répondre à un constat préoccupant : le relatif isolement géographique du site Godinne et le fait qu’y sont accueillis des patients venant parfois de très loin engendraient une difficulté réelle pour les accompagnants, obligés d’effectuer quotidiennement de très longs déplacements. La Maison d’Accueil Hospitalier est donc un lieu où ils peuvent loger à proximité immédiate de l’hôpital, mais aussi être écoutés et soutenus dans leur vécu.

Aujourd’hui, 35 chambres individuelles (dont une pour personne à mobilité réduite) et 5 chambres doubles sont mises à leur disposition, dans un cadre convivial et pour un prix modique. Cette formule à la fois humaine et peu coûteuse est rendue possible grâce au fait que son fonctionnement repose presque exclusivement sur du volontariat.

Ainsi, la présence de volontaires sur place est constante, que ce soit le jour ou la nuit, la semaine ou le week-end. Leur mission va de l’accueil et l’écoute des résidents à la supervision des chambres, des réservations et de l’organisation générale de la maison d’accueil.

Depuis septembre 2014, la Maison d’Accueil Hospitalier a étendu sa mission à l’accueil de patients autonomes devant recevoir des soins spécialisés ou répétitifs au CHU, sans pour autant qu’une hospitalisation soit nécessaire.





Les volontaires en radiologie

L’idée d’introduire des volontaires dans la vie du service de Radiologie a surgi en 1988, pour pallier certaines difficultés : lorsque les malades en chaise roulante ou en lit demandaient de l’aide dans les salles d’attente (besoin urgent, problème de perfusion, angoisse d’être oublié, etc.), ils n’étaient pas toujours entendus par le personnel occupé dans les salles d’examen.

Plutôt que de placer des caméras de surveillance, l’idée de faire appel à une solution plus humaine a surgi: demander à des volontaires d’apporter une présence dans les salles d’attente et de relayer les demandes des malades auprès du personnel. Leur rôle est aussi de veiller à la convivialité des lieux et au bien-être général des patients…





La boutique

Créée en 1993, la boutique est apparue pour répondre à un besoin précis : l’isolement géographique de Mont-Godinne posait parfois problème pour les personnes qui, arrivant dans l’urgence ou l’émotion, oubliaient des accessoires aussi élémentaires qu’un savon, un essuie, des pantoufles, etc.

Par-delà ces produits de première nécessité, la demande s’est rapidement développée vers d’autres articles comme les fleurs, la librairie, les cadeaux, la confiserie, etc. Mais l’objectif premier de la boutique et de son équipe reste toujours d’offrir un service aux personnes et de répondre en priorité aux besoins des malades et de leurs proches…

Autre élément important, les produits vendus à la boutique répondent à des critères éthiques.
Ainsi :
  • des produits en conformité avec les normes d’hygiène,
  • des produits alimentaires supervisés au besoin par les diététiciennes, etc.,
  • pas d’alcool, de tabac ou de jeux de hasard.



L'animation en Gériatrie

L’apparition des volontaires en Gériatrie remonte à 1993, année au cours de laquelle l’équipe soignante exprime son désir d’une animation récréative pour ses patients. L’objectif de cette initiative est d’extraire les personnes âgées du confinement dans leur chambre et de les « resocialiser » par le biais d’une rencontre récréative ou festive. Cela peut aller d’un jeu de société à la célébration d’un anniversaire en passant par un repas festif, la visite de Saint-Nicolas, etc.

L’intérêt de cette démarche est aussi de permettre à ces personnes d’être stimulées alors que, dans leur chambre, la solitude ou la présence d’un voisin de lit peu communiquant produit plutôt l’effet inverse. Concrètement, les animations ont lieu le vendredi après-midi. Pour les patients qui ne peuvent s’y rendre, une visite est toujours prévue…



Les Soins palliatifs

Lorsque le cheminement d’un malade évolue vers une situation palliative, il n’est généralement pas transféré dans une unité spécifique, mais il reste accompagné par les professionnels qui l’ont soigné jusque-là. C’est une autre équipe, dite « mobile » et composée de médecins, infirmières, kinés, psychologues et assistantes sociales, qui se déplace dans les unités de soins pour apporter ses conseils et son soutien aux malades, aux familles et aux soignants. A cette équipe sont associés des volontaires envoyés auprès des malades et des familles qui leur sont désignés afin de leur apporter leur présence et leur écoute, ou encore pour relayer momentanément les familles au chevet du mourant. Indépendamment de cette mission, ils peuvent également rendre visite à d’autres patients isolés ou en demande de compagnie. Ces volontaires se réunissent tous les mois pour un espace de parole partagé avec une animatrice spécialisée.

 

La cyberterasse
Ce projet est né en 2003, avec pour concept de proposer une initiation en informatique à toute personne souffrant d’un handicap, en rééducation ou encore simplement hospitalisée. Entièrement gratuite, cette initiation est individuelle et a pour but de permettre à la personne de rester en contact avec une certaine vie active par le biais de son ordinateur. 

Concrètement, les séances ont lieu à la Maison d’accueil Hospitalier ou au sein même de l’hôpital, selon la formule : 
« un formateur (bénévole), un élève, un ordinateur ». L’apprentissage peut aller de la simple mise en route de l’ordinateur à la manipulation de programmes plus spécifiques, selon la demande de la personne... 

Depuis 2016, les volontaires Cyberterrasse épaulent l’équipe ORL du CHU dans son projet « Magic Voice Tablet » qui permet aux patients trachéotomisés d’utiliser une « prothèse vocale » implantée sur leur tablette ou smartphone.


Les bénévolants

A l’œuvre depuis mai 2004, cette équipe est apparue en réponse à de nombreuses demandes singulières qui survenaient régulièrement de secteurs très différents de l’hôpital, comme :
Des volontaires contactables entre 9h et 17h, ont pour mission générale de :



Les éclaireurs

Spécifiquement attaché à une seule unité de soin, chaque volontaire « éclaireur » y apporte, depuis 2015, une présence aux patients souffrant de solitude ou en demande de visite.

Son rôle est également de s’assurer que chaque patient connaît bien les différents services que peut lui rendre le volontariat et, le cas échéant, de susciter l’intervention des équipes concernées. Très proche des soignants, il est aussi un « éclaireur » qui leur rapporte parfois de précieuses informations mais ne prend cependant aucune initiative sans les consulter.


Le volontariat au Centre de Transfusion sanguine

Tout don de sang ou de dérivés sanguins est un geste particulièrement précieux et indispensable à la survie de nombreux patients.

Reconnaître la valeur de ce geste par un accueil personnalisé et convivial des donneurs est une démarche importante,  confiée depuis 2016 à des volontaires chargés d’offrir une boisson, une collation ou encore un simple renseignement dans une atmosphère souriante et détendue.